La punaise de lit : déménagez… sans elle

Votre déménagement arrive bientôt. Il y a beaucoup à faire entre le choix d’un déménageur ou la réservation d’un camion, les changements d’adresse, les débranchements et branchements de services, ou encore, le tri préemballage de vos effets, entre autres choses. Bien sûr, vous ne voulez rien oublier, sauf peut-être une chose : la punaise de lit.

Vous n’avez sûrement pas le goût d’y penser (juste à l’idée, ça vous pique déjà !), cependant, mieux vaut prévenir et savoir vous en protéger tant que vous le pouvez encore. Eh oui ! Ces petites bêtes existent bel et bien et peuvent s’installer dans votre domicile en moins de temps qu’il vous en faudra pour… défaire vos boîtes.

Qu’est-ce qu’une punaise de lit ?

Comme son nom en témoigne, son principal habitat est le lit. Elle, c’est un parasite de l’homme, l’un des plus anciens. Son mets préféré (le seul, en fait) : le sang. Lorsque de taille adulte, elle peut atteindre jusqu’à cinq millimètres de long par près de trois millimètres de large. Et ne pensez pas vous en défaire en ne dormant pas quelques jours dans votre lit. Sans se nourrir, elle peut survivre jusqu’à un an. Ouf!

Un retour en force

Pratiquement éradiquée dans les années 1940, la punaise de lit effectue un retour en force depuis 1965. Comment ? Grâce à sa grande capacité d’adaptation, elle a développé une résistance aux pesticides. Aussi, les voyages internationaux lui permettent, à elle aussi, de voyager, donc, de se répandre. Les dernières statistiques relativement à la situation de la punaise de lit au Québec, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, rapportent ainsi qu’environ 40 000 ménages québécois (1,1 %) auraient eu la visite de ces indésirables en 2014. De ceux-ci, les domiciles établis dans les grandes villes sont les plus « fréquentés », à raison de 3 % (île de Montréal).

En mode prévention

Pour qu’elle s’installe chez vous, la punaise de lit est souvent « invitée » à le faire, que vous en soyez conscient ou non. La vigilance est de mise, d’abord dans vos déplacements, qu’ils soient outremer ou, simplement, dans un autre quartier ! Voici quelques conseils pratiques pour vous éviter la présence de ce gênant colocataire :

Attention aux meubles usagés, spécialement les fauteuils et les matelas : une inspection s’impose. Ceux laissés au bord de la route, oubliez-les.

Le camion loué ou celui des déménageurs doit être inspecté. Pour plus de sûreté, passez-y l’aspirateur et jetez le sac immédiatement aux ordures, hors de la maison. Pensez à examiner aussi les couvertures souvent fournies pour la manœuvre. Et pourquoi ne pas demander au préalable à l’entreprise quel est son protocole pour assurer la propreté et réduire au maximum ce type de propagation ?

Tous les tissus (vêtements, literie, rideaux) doivent être placés dans des sacs de plastique fermés le plus hermétiquement possible ou, si vous avez juste des boîtes, assurez-vous que le ruban adhésif bouche toutes les ouvertures.

Et à destination…

Avant même d’y apporter votre première boîte, faites le tour de votre nouveau logis. Sortez votre lampe de poche et vérifiez d’abord les chambres, calorifères, prises électriques et autres fissures, principalement sur les murs mitoyens. Bien sûr, passer un coup d’aspirateur ne fera pas de tort !

Si la punaise de lit est présente chez vous, n’en faites pas une maladie, mais avisez aussitôt votre proprio qui contactera un exterminateur certifié. S’il est possible d’apporter une pièce à conviction (bibitte dans un pot ou photo de l’intruse) pour confirmer sa présence, c’est un plus !

Symptômes à surveiller

  • Piqûres — point rouge et boursouflé qui démange surtout le matin (sur parties du corps exposées, hors des couvertures)
  • Taches rougeâtres sur vos draps (vous avez eu le dessus sur certaines !)
  • Points noirs (vestiges de leur digestion…)
  • Œufs ou coquilles d’œufs (sortez votre loupe ! De couleur jaune pâle, leur grosseur est d’un millimètre).

Par le blogue Bohos.ca

 

PARTAGER - SHARE
Share