Les fêtes, ça se vit, ça se cuisine!

Pour beaucoup d’étudiants et de jeunes professionnels, la cuisine du temps des fêtes se réduit à celle de maman. Cette année, pourquoi ne pas tenter le coup, vous aussi? Après tout, il n’est pas si difficile d’impressionner vos colocs et vos amis avec un somptueux repas de Noël qui ne vous coûtera pas trop cher!

Choisissez bien votre dinde

Bien qu’il y ait de fortes tendances en ce qui a trait aux menus du temps des fêtes, chaque famille a ses propres traditions. Or, ce qui ne change pas (ou rarement), c’est la volaille! Trop sèche, un peu fade, presque calcinée… il n’est pas rare de rater sa première dinde. Pour mettre toutes les chances de votre côté et réussir ce véritable classique, commencez par bien la choisir. Peu importe le reste de votre menu, il est important, voire primordial, de faire de votre dinde un triomphe culinaire.

Fraîche ou surgelée?

Plusieurs ne jurent que par la dinde fraiche, et ça se comprend! Mais, puisque la dinde est surgelée tout de suite après avoir été abattue, elle conserve toute sa texture, ses minéraux et ses bonnes vitamines. Le choix est vôtre!

Assaisonnée ou nature?

De nombreuses variétés de dindes et dindons sont vendues assaisonnées, ce qui veut dire que de l’eau additionnée à du sel, du phosphate de sodium et des épices y ont été ajoutés. Si la saveur peut sembler quelque peu artificielle, l’ajout de saumure rend la chair de la volaille plus juteuse, et ce, sans que vous ailliez à l’arroser en cours de cuisson! Si vous choisissez votre dinde « nature », vous devrez l’assaisonner et l’arroser vous-même (ce qui n’est pas dramatique, entendons-nous).

Imprégnée ou pas?

Il peut arriver de lire sur un emballage le mot « imprégnée ». Qu’est-ce que cela veut dire? L’expression imprégnée signifie que du beurre ou d’autres matières grasses ont été ajoutés à la chair de la dinde afin de lui procurer un meilleur goût. Faites attention! Ce procédé bourre les volailles de lipides et de mauvais gras pouvant être néfastes pour votre santé.

Épicez vos desserts

Croyez-le ou non, la saison froide comporte tout de même quelques avantages. En plus d’être extrêmement rassembleuse, elle offre tout un lot de possibilités quant aux desserts, aux odeurs et aux saveurs dont on peut profiter. Oubliez la culpabilité!

Les épices à privilégier

Pour embaumer votre appartement et en faire un lieu plus qu’agréable pour vous et vos colocs, certaines épices – en plus d’être délectables – ne laissent pas leur place. La vanille, par exemple, a le don de tout changer, et ce, même en très petite quantité. Rehaussez vos truffes au chocolat noir de son arôme : vous ne pourrez plus vous en passer!

La cannelle, elle, se cuisine et s’emploie d’un nombre infini de façons. Que vous l’utilisiez en bâton ou encore moulue, elle ne cessera de surprendre vos papilles gustatives. Que diriez-vous d’un chai latté rehaussé de cette épice?

Le gingembre, quant à lui, fait des miracles quand il est ajouté à vos biscuits préférés. Retombez en enfance et confectionnez un joli village en pain d’épice pour décorer votre comptoir (et satisfaire votre gourmandise).

Amateurs de vin chaud, la cardamome est votre meilleure alliée. Réconfortante et surprenante, il est impossible que cette épice vous ennuie!

Si beaucoup utilisent le clou de girofle pour parfumer les gâteaux et les biscuits de toutes sortes, les vrais amateurs vont encore plus loin : en en piquant plusieurs dans la pelure d’une orange, une délicieuse odeur se répand dans toute la maison! À essayer absolument.

 

Vous vous êtes laissés emporter dans votre cuisine? Vous vous retrouvez pris avec des montagnes de petits fours, de biscuits, de tartes? Vous ne savez plus quoi en faire? Bonne nouvelle : tout le monde aime (beaucoup) recevoir des cadeaux gourmands pendant le temps des fêtes. Offrez-les donc à vos amis, vos collègues, votre famille, votre facteur… Une surprise faite avec amour et qui se mange, c’est toujours agréable!

PARTAGER - SHARE
Share

Comments

comments