L’assurance locataire, pourquoi?

Vous êtes sur le point de signer votre bail pour ce superbe appartement que vous cherchiez depuis longtemps, mais voilà qu’une question se pose : dois-je l’assurer ? La réponse est oui. Voici les points à considérer pour être bien informé, pour protéger vos biens matériels, mais aussi pour votre responsabilité en cas d’incident et ainsi vous éviter bien des soucis.

Protection de vos biens

En cas de pépin, s’il y a un incendie par exemple, votre assurance habitation vous permettrait, selon les clauses à votre contrat, de remplacer les articles essentiels (poêle, réfrigérateur, laveuse et sécheuse, mais aussi grille-pain et micro-ondes, base de lit, commode, etc.) et d’acheter de nouveaux vêtements (toujours pratiques !).

Protection en responsabilité civile

C’est sans doute la portion la plus importante de votre assurance habitation. Vous ne voudriez surtout pas que l’on vous refile la facture pour des dommages causés sans le vouloir à quelqu’un d’autre ou au bâtiment que vous habitez (en cas de feu ou de dégât d’eau, par exemple).

Frais de subsistance

À ne pas négliger lorsque vous négocierez votre assurance habitation ! Si, pour une raison ou pour une autre, votre logement devenait inhabitable pour un certain temps (le temps de nettoyer ou d’effectuer la restauration de votre appartement après un sinistre, par exemple), vous apprécierez cette protection qui vous aidera à vous nourrir et à vous loger jusqu’à concurrence de la prime établie.

Peu coûteuse pour avoir l’esprit tranquille

Avec une prime d’assurance habitation estimée à environ 20 $ par mois, selon les protections choisies, vous avez tout intérêt à vous assurer pour éviter de graves conséquences matérielles et financières.

Serez-vous surpris d’apprendre qu’encore aujourd’hui, 37 % des locataires (selon une étude du BAC), au Québec, n’en possèdent pas ? Ce malheureusement le cas. Trop de gens pensent encore que leur propriétaire est responsable de l’immeuble, donc de son contenu, et que son assurance couvrira leurs biens. OR  ce n’est pas le cas.

Quels sont donc les risques à prévoir ?

Les principaux risques qui nous viennent en tête, pour les avoir souvent entendus, sont le feu, le vol et le vandalisme. À ceux-là peuvent s’ajouter les fuites ou les débordements (toilette, baignoire, laveuse ou lave-vaisselle), de même que d’autres dégâts  tels que les refoulements d’égout ou les infiltrations d’eau par la toiture, les dommages causés par les vents, la grêle ou la foudre, une explosion et de la fumée. Dans de plus rares cas et selon les secteurs, il peut aussi être important d’être protégé en cas d’émeute ou du choc d’un objet ou d’un véhicule.

L’absence d’une assurance habitation peut être lourde de conséquences, comme l’a déjà démontré un jugement de la Régie du logement. Un locataire a en effet été condamné à payer plus de 32 000 $ pour compenser les dommages à son logement causés par un incendie et par sa négligence…

Êtes-vous convaincu maintenant?

En collaboration avec le blogue Bohos.ca

 

PARTAGER - SHARE
Share